Les couleurs et la mitraille -Anne Martin-Fugier-

Mon petit Yoyo passionné par l’Histoire est de retour pour vous !

RÉSUMÉ :

Alors que la guerre de 1870 est en cours, que les armées impériales ont été mises hors de combat en Lorraine et en Alsace, les Prussiens s’approchent de Paris pour encercler la capitale française. En son sein, la révolution du 4 septembre a placé les Républicains au pouvoir et les hommes se préparent à subir le siège qui débute le 19 septembre 1870. Tout au long de celui-ci, les tentatives de sortie accumulent les morts et blessés alors que la famine sévit. Au milieu de la grande histoire et du monde de la peinture, la vie du peintre Henri Regnault et de son ami Georges Clairin se confrontent à l’expérience du combat, dont l’issue mortelle est tant crainte par l’éperdue amoureuse de Regnault, Geneviève Bréton. Le temps avançant, les drames aussi, la guerre contre les Prussiens s’achèvent sur la défaite en janvier 1871, à laquelle succède la Commune de Paris entre mars et juin 1871. Là encore, la vie parisienne est perturbée par les évènements de l’histoire. La faim et la guerre reviennent faire des victimes, tandis que les protagonistes tentent de continuer à vivre malgré le drame de leur vie.

EXTRAIT :

« La semaine suivante, Antoine fut de garde aux remparts. Il gelait à pierre fendre. Il trouva très dur, rentrant de faction à 2 heures du matin, transi, de se glisser dans la tente, de chercher à tâtons son sac et sa couverture et se coucher sur la paille infestée de puce. Les baraquements en planches aux parois inclinées sous un toit surbaissé où l’on allait pouvoir mettre des lits de camp côte à côte n’étaient pas encore terminés. Antoine arriva ensuite difficilement à s’endormir à cause du tapage des ivrognes qui l’entouraient. Surtout, il tomba de haut en découvrant la vie des avant-postes dont les journaux, préférant les récits pittoresques, ne décrivaient jamais la réalité. Les journées se perdaient à accomplir une foule de prescriptions oiseuses, telles que corvées, astiquage, appel, revues. Pas l’ombre d’un travail sérieux, aucun but visible. Antoine éprouvait un sentiment accablant d’inutilité. Il y avait sûrement des tranchées à creuser, des épaulements à construire, des fascines à porter, des canons à traîner en bonne place… »

AVIS :

Passionné par la guerre de 1870, le roman nous fait entrer dans Paris pour y découvrir une vie mouvementée par la guerre, l’amour, les morts, la faim et les rencontres du tout Paris. La belle plume de l’historienne est agréable, au milieu de quelques dates qui indiquent l’évolution du récit et de la guerre – puis de la guerre civile. L’histoire d’amour est belle et tragique autant que l’amitié dont font preuve les amis d’Henri Regnault. Cette entrée dans le monde de la peinture qui nous donne la curiosité des œuvres d’art de cette deuxième partie du XIXe siècle.

CARACTÉRISTIQUES :

Auteur : Anne Martin-Fugier                                    /                                         Date de parution : 10/03/2016

Éditeur : Le Passage                                                 /                                                                                Pages : 168

ISBN : 9782847423280                                             /                                                                              Prix : 18.00€

Donnez-nous votre avis !

 

Publicités

2 commentaires sur « Les couleurs et la mitraille -Anne Martin-Fugier- »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s